Edito

Prier pour l'Unité

 

Chers paroissiens et au-delà,

Nous avons entamé lundi 18/1 la semaine de prière pour l’unité et nous sommes encore au cœur de celle-ci.  Peut-être certains ont-ils pu découvrir les différentes propositions qui ont été mises à disposition sur la radio RCF, la tv KTO, le site du CIB (www.cib.brussels ) ou d’autres lieux encore …

Mercredi lors de l’audience, notre pape François y est aussi revenu en retournant à la source de cette prière, celle de Jésus au chapitre 17 de Saint Jean : « lorsqu’après la Dernière Cène, Jésus prie le Père pour nous, pour que nous soyons un ». « Car l’unité est avant tout un don, c’est une grâce à demander par la prière », a souligné le pape François, avant de faire remarquer que « le Seigneur n’a pas commandé l’unité aux disciples ». Il s’est adressé au Père, car « nous ne sommes pas suffisants à nous seuls, avec nos forces, pour réaliser l’unité », et pas même, en premier lieu, « l’unité en nous-mêmes ».

« L’unité ne peut s’obtenir que comme fruit de la prière, les efforts diplomatiques et les dialogues académiques ne suffisent pas, même s’ils sont bien sûr nécessaires. Prier pour l’unité signifie participer humblement et avec confiance à la prière du Seigneur qui nous a promis que toute prière faite en son nom sera écoutée du Père. Et pourtant, nous nous apercevrons probablement d’avoir prié peu, peut-être jamais, pour l’unité des chrétiens. »

Mais cette prière est importante, car Jésus a demandé l’unité « pour que le monde croie ».  Le monde croira, « non pas parce que nous le convaincrons par de bons arguments, mais si nous témoignons que l’amour nous unit et nous rend proche de tous » a déclaré François.

En ces temps troublés, « la prière est encore plus nécessaire pour que l’unité prévale sur les conflits ».   Et le Saint-Père d’appeler à « mettre de côté les particularismes ». Les chrétiens doivent donner le bon exemple en poursuivant le chemin « vers une unité pleine et visible ».  « Beaucoup de pas en avant ont été faits », a reconnu François, « mais il faut persévérer dans l’amour et dans la prière ». Y compris en luttant. « Oui, lutter, car notre ennemi, le diable (…) est le diviseur », a rappelé le Pape, avant de mettre particulièrement en garde contre les « bavardages » qui alimentent ces divisions. Au contraire, « l’Esprit Saint fait toujours converger vers l’unité ».

Afin de vérifier quel esprit nous anime, le Saint-Père a donné l’indication suivante : « nousdemander si, dans les lieux dans lesquels nous vivons, nous alimentons la conflictualité ou si nous luttons pour faire grandir l’unité avec les instruments que Dieu nous a donnés : la prière et l’amour ».

Rester enracinés dans l’amour du Christ : telle est l’autre recommandation donnée par le Pape lors de cette audience. En effet, la « racine de la communion est l’amour du Christ qui nous fait dépasser les préjugés pour voir dans l’autre un frère, une sœur, à aimer toujours ». Alors nous prenons conscience « que les chrétiens des autres confessions sont des dons de Dieu ». Nous pouvons aussi prier pour les chrétiens d’autres confessions, « et quand cela est possible, avec eux », a conclu François dans un ultime conseil. « Nous apprendrons ainsi à les aimer et à les apprécier ».  

Ces paroles actuelles du pape rejoignent celles d’un apôtre belge de l’œcuménisme - feu notre cardinal Mercier – qui dans son testament spirituel écrivait ces mots : « Pour s'unir, il faut s'aimer. Pour s'aimer il faut se connaître, et pour se connaître, il faut aller à la rencontre de l'autre ».

Ces mots avaient particulièrement impressionné l’abbé Couturier un des initiateurs de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens.  

Comment aimer quelqu'un si on ne le connaît pas, comment connaître quelqu'un si on ne l'a jamais rencontré ? Tout ceci s'enracine dans le texte de saint Jean au chapitre dix-septième. On y retrouve tous les éléments.

Jésus dit : « Quand j'étais avec eux », c'est la rencontre. Ce qui est premier, et ce serait une erreur de commencer à faire de l'œcuménisme en disant qu'on va s'unir, la première chose, c'est la rencontre, comme le Christ est venu rencontrer l'homme.

Le deuxième élément, c'est la connaissance : « Je leur ai donné ta Parole ».

Et enfin, c'est l'union : « Père, que tous soient un ! » Je crois que cette petite phrase parce qu'elle met l'amour au cœur, parce qu'au lieu de faire de l'unité un slogan, elle part d'abord de la rencontre et elle refait tout le chemin de la rencontre : la rencontre, la connaissance, l'union.

Tout un programme à vivre …

 

 

POUR PARTICIPER AUX MESSES

DANS l’UP Grain de Sénevé

Paroisses de St-Henri et du Divin Sauveur

 

Chers tous,

Nous sommes autorisés depuis le 13 décembre à célébrer l’eucharistie de manière publique mais en limitant le nombre de personnes à 15 quelle que soit la taille du local. (les enfants de moins de douze ans ne sont pas comptabilisés dans ce nombre)

Dès lors les messes de semaine sont célébrées à nouveau à 18h et à la chapelle Notre-Dame de l’église St-Henri les lundis, mercredis et jeudis et à la chapelle du Divin Sauveur les mardis et vendredis.

Pour les messes de week-end et des fêtes, nous devons donc travailler par inscription préalable. Pour rendre ceci possible nous demandons aux personnes de s’inscrire, ou demandez à quelqu’un de le faire pour vous, sur le site web www.kelmesse.org  Vous précisez à l’arrivée sur le site web, que vous êtes du diocèse de Malines-Bruxelles, vous choisissez l’Unité pastorale Grain de Sénevé, vous choisissez une des célébrations proposées, vous indiquez votre nom, votre adresse mail, et puis vous cochez le nombre de places que vous souhaitez, à l’heure où il y a de la place. Quand le quota de 15 est atteint, les inscriptions ne sont plus possibles.

Vous pouvez aussi aller directement sur ce lien hypertexte pour arriver à la page qui concerne notre unité pastorale : https://kelmesse.org/inscription2.php?marque=BRU&codeproduit=1200SENEVE       

Si vous n’avez pas accès à internet, vous pouvez aussi téléphoner à l’antenne paroissiale du Divin Sauveur. du lundi au vendredi de 10 à 12h au 02 734 11 94 ou à l’antenne paroissiale de St-Henri à la cure de St-Henri, les mardis et jeudis de 9h30 à 11h au 02 734 47 63.

Nous retransmettrons la célébration eucharistique des seuls week-ends et fêtes par transmission via la chaîne YouTube de l’UP Grain de Sénevé. Vous pourrez donc retrouver ces célébrations retransmises sur TVGDS.

Il suffit de vous rendre sur le site internet « YouTube » et de taper TVGDS pour retrouver la célébration enregistrée.

En communion,

La chapelle du Divin Sauveur reste ouverte en journée pour la prière.

Ab Michel Rongvaux