Edito

 

Que Dieu lui-même achève en toi ce qu’il a commencé !

Ces paroles, notre évêque – le cardinal Jozef De Kesel – les a prononcées ce dimanche 27 octobre en l’église St-Médard de Jodoigne dans une église bondée et il les a prononcées pour Alexandre Wallemacq. Alexandre est un jeune homme qui a la particularité d’avoir été baptisé au sein de notre UP dans la paroisse St-Henri voici déjà quelques années. 

Depuis lors, il a fait du chemin dont quelques insertions pastorales à Grimbergen, à Sainte-Croix d’Ixelles, et à St-Médard à Jodoigne … jusqu’à ce dimanche soir où il a répondu à l’appel de Dieu et de l’église pour faire de sa vie un service, répondant à l’appel du Christ « venu non pour être servi mais pour servir » comme l’a rappelé le cardinal plusieurs fois au cours de la célébration.  Alexandre a été ordonné diacre en vue du ministère de prêtre.

Plusieurs signes sont posés au cours de la célébration : le premier c’est l’appel du candidat au début de la célébration avec la question de l’évêque : « savez-vous s’il a les aptitudes requises ? ». Le président du Séminaire francophone de Malines-Bruxelles – l’abbé Luc Terlinden – a fait écho à sa vie avant le séminaire et au séminaire, dans ses insertions pastorales ...  

Alors au terme de ce compte-rendu, l’évêque a choisi Alexandre pour le ministère diaconal.  Alexandre – comme l’a précisé le cardinal - restera diacre toute sa vie, même s’il sera ordonné prêtre. Le diaconat – ajoutait Mgr De Kesel – est une dimension fondamentale de vie : pas de vie chrétienne sans le sens du service.

Autre moment important, la grande prosternation d’Alexandre – de tout son long – pendant qu’on invoque tous les saints de l’Eglise pour son ministère futur. Elle rappelle l’humilité, il s’est rapproché de la terre d’où nous venons … en geste de don de soi « pour la gloire de Dieu et le salut du monde ». Ce geste est repris une fois par an le Vendredi Saint : au début de l’office, prêtres et diacres se prosternent en silence sur les dalles, pour rappeler que le Christ seul est le sauveur de tous dans le mystère de la Croix. A l’ordination, l’assemblée invoque l’Eglise du Ciel, les saints qui, dans l’éternité, prient Dieu et intercèdent pour la vie de l’Eglise : Apôtres, premiers martyrs, Pères de l’Eglise, fondateurs, autres saints…

Invocation de l’Esprit Saint : Veni Creator Spiritus

Le temps de l’ordination a commencé par le chant « Veni, creator spiritus » (Viens Esprit créateur) pour invoquer l’Esprit Saint, don de Dieu à ceux qu’Il appelle. Si Dieu donne son Esprit très largement, bien souvent, c’est nous qui ne prenons pas la mesure du don qui nous est fait. 

Ensuite a lieu un dialogue entre l’ordinand et son évêque

C’est l’occasion de rappeler que l’ordination est l’engagement de deux libertés au moins : la liberté du futur diacre en réponse à la liberté de Dieu de l’appeler :  Alors écoutons l’évêque s’adresser au futur diacre et lui de répondre : Alexandre, avant d’être ordonné diacre, il convient que tu déclares devant l’assemblée ton intention de recevoir cette charge. 

Veux-tu être consacré à la diaconie de l’Église par l’imposition de mes mains et le don du Saint Esprit ?

L’ordinand répond : Oui, je le veux.

L’évêque : Veux-tu accomplir ta fonction de diacre avec charité et simplicité de cœur, pour aider l’évêque et ses prêtres, et faire progresser le peuple chrétien ?

L’ordinand : Oui, je le veux.

L’évêque : Veux-tucomme dit l’Apôtre, garder le mystère de la foi dans une conscience pure, et proclamer cette foi par la parole et par tes actes, fidèle à l’Évangile et à la Tradition de l’Église ?

L’ordinand: Oui, je le veux.

L’évêque : Veux-tu garder et développer un esprit de prière conforme à ton état et, dans la fidélité à cet esprit, célébrer la liturgie des Heures en union avec le peuple de Dieu, intercédant pour lui et pour le monde entier ?

L’ordinand: Oui, je le veux.

L’évêque : Veux-tu conformer toute ta vie aux exemples du Christ dont tu prendras sur l’autel le corps et le sang pour le distribuer aux fidèles ?

L’ordinand: Oui, je le veux, avec la grâce de Dieu.

Alexandre alors s’est engagé à exercer la charité et l’accueil des plus pauvres, A prier pour l’Eglise, son peuple et le monde, à suivre le Christ, avec la grâce de Dieu !

Promesse d’obéissance

Enfin, Alexandre a promis obéissance à l’évêque et à ses successeurs en remettant ses mains entre les mains de l’évêque.

L’évêque : Promets-tu de vivre en communion avec moi et mes successeurs, dans le respect et l’obéissance ?

L’ordinand: Je le promets.

L’évêque : « Que Dieu Lui-même achève en toi ce qu’il a commencé ». 

Promettre d’obéir à l’évêque, c’est reconnaître en son pasteur propre, un successeur des apôtres ; c’est reconnaître que l’on reçoit sa mission d’un autre… d’un Autre… et non de soi-même ; c’est chercher à discerner la volonté de Dieu dans ce que demande l’Eglise.

Chers paroissiens, ce moment fut particulier pour moi qui fêtait voici presque un mois, mes 25 ans de diaconat : c’est en effet le 24 septembre 1994 que j’ai moi-même été ordonné diacre par le cardinal Danneels dans l’église voisine de la Sainte-Famille à Woluwe-St-Lambert. Réentendre ces paroles, entendre la vivacité de la réponse d’Alexandre et la joie de toute une assemblée qui a accompagné Alexandre, sa famille et ses amis présents, les confrères diacres et les futurs confrères prêtres … Quel beau temps d’Eglise ! 

Alexandre a demandé dans son petit mot final, comme sur le feuillet de célébration, que nous priions pour lui afin qu’il puisse demeurer fidèle à l’engagement qu’il venait de prendre. Et de fait nous ne pouvons tenir dans nos engagements que les uns grâce aux autres, les uns avec les autres.

Les prêtres et diacres savent pouvoir compter sur la prière des autres baptisés pour rester dans le sens même du ministère qu’ils ont reçu la mission de vivre : ils ne sont pas meilleurs que d’autres, simplement, ils ont été appelés, et ils ont répondu présents : comme l’a dit quelqu’un : « Dieu n’appelle pas des êtres humains qualifiés, mais il qualifie ceux qu’il appelle ». Nous ne méritons pas d’être appelés, mais nous sommes dans la joie d’avoir perçu l’appel et d’avoir entendu l’Eglise nous dire que c’était bien un appel du Seigneur et heureux qu’elle nous donne les moyens pour exercer ce ministère les uns avec les autres, les uns pour les autres.

Dans l’Eglise tout le monde n’est pas appelé à faire la même chose, non.  Mais le seul but qui doit nous aimanter c’est de permettre la Rencontre avec le Christ ; les ministères du diacre, du prêtre et de l’évêque sont là pour cela.  Si chacun peut trouver sa juste place alors comme le dit saint Paul avec sa comparaison du corps humain et de l’Eglise, nous pouvons permettre au Corps ecclésial que nous sommes de rayonner : car dit St Paul : si la main cherche à être le pied, ou si la tête veut être le pied, tout est perdu pour tous … au contraire si chacun des membres joue son rôle c’est le corps entier de l’Eglise qui peut donner du meilleur de soi pour que Son Règne arrive. Puissions-nous prier pour Alexandre avant de l’accueillir un de ces jours parmi nous au GDS pour entendre son témoignage et le remercier de son OUI.

Ab Michel Rongvaux