Edito

 

Un fil rouge du carême 2019 : « Change ton regard et la vie jaillira ! »

Lors de notre rencontre pour lancer les chemins de carême, nous avons pris de longs moments pour écouter comment les textes qui nous sont donnés résonnaient pour chacune et chacun des personnes présentes.

Cela nous a donné de découvrir – une fois de plus – combien ces textes sont riches et qu’ils peuvent rejoindre les différentes situations et expériences qui sont les nôtres.

1. Que ton regard soit le regard de Dieu : Il cherche la beauté pour s'en émerveiller ! Change ton regard et la vie jaillira !

2. Que ton regard soit le regard de Dieu : Il cherche les blessés pour être leur salut ! Change ton regard et la vie jaillira !

3. Que ton regard soit le regard de Dieu : Il cherche les petits pour être leur grandeur ! Change ton regard et la vie jaillira !

Notre choix s’est porté finalement sur l’invitation à « changer de regard ».
Un chant de Didier Rimaud et Michel Wackeheim résumait bien cette invitation et cet appel :

Change ton regard et la vie jaillira.
Le chant quand on le lit, est un chant traversé par l’espérance.

-------------------

« la vie jaillira » met en lumière le terme vers où notre chemin de carême nous conduit. C’est bien vers la lumière de Pâques que nous sommes orientés... le carême n’a pas de sens sans ce but. Plus d’une fois les textes de la Parole de Carême nous y invitent : que ce soit le rappel du 1er dimanche : des 40 jours au désert, en lien avec les 40 ans du peuple au désert et l’Exode que nous entendrons à la vigile pascale ; que ce soit lors de la Transfiguration au 2ème dimanche qui anticipe déjà la lumière pascale pour donner la force aux disciples d’aller jusqu’au bout du chemin, que ce soit la miséricorde qui s’exprime par l’évangile du Père miséricordieux ou la rencontre avec la femme adultère relevée et pardonnée qui nous relient déjà au 2ème dimanche de Pâques – celui de la Miséricorde. Notre Carême est donc orienté... il n’est pas une fin en soi. Il nous appelle à reprendre comme Jésus et avec son Esprit le combat pour nous laisser retourner : c’est le sens propre du mot « conversion » qui revient aussi plus d’une fois dans les textes de carême.

Une autre dimension soulevée aussi qui est au cœur de toute démarche de carême est celle de la prière et pour cela aussi la redécouverte d’une forme de silence que nous chercherons à ajuster lors des célébrations de carême. Le silence s’il est préparé et proposé peut être aussi un lieu où le Seigneur nous parle au cœur. Bon carême déjà avec un autre regard...

Ab Michel Rongvaux