Unité Pastorale "Grain de Sénevé"
Le Blog du GDS

jeunes

  • Méditation 2ème WE de Carême

    ditation proposée pour le 2ème weekend de Carême 2021 UP Grain de Sénevé

    " Tu n’as pas agréé les holocaustes ni les sacrifices pour le péché alors, j’ai dit : Me voici, je suis venu, mon Dieu, pour faire ta volonté” Heb 10 : 5

    « Ne porte pas la main sur l’enfant !
    Ne lui fais aucun mal ! »

    Dieu ne veut pas de sacrifice humain, cela n’était pas évident pour les Hommes des temps anciens. La conversion écologique à laquelle nous sommes invités sera donc d’abord celle du respect et de la protection de la vie surtout la plus fragilisée : celle des enfants, celle des aînés, tant dans ses humbles commencements à l’intérieur du sein maternel que dans ses phases terminales…

    « Abraham leva les yeux et vit un bélier
    retenu par les cornes dans un buisson.
    Il alla prendre le bélier
    et l’offrit en holocauste à la place de son fils. »

    Mais il y a aussi la vie des autres créatures non humaines évoquée à travers le sacrifice du bélier. La bible dénote constamment d’une échelle des vivants mettant Dieu au sommet et les humains, juste en dessous de Dieu :

    « Qu’est-ce que l'homme pour que tu penses à lui, le fils d'un homme, que tu en prennes souci ? Tu l'as voulu un peu moindre qu'un dieu, le couronnant de gloire et d'honneur ;

    tu l'établis sur les oeuvres de tes mains, tu mets toute chose à ses pieds » Ps 8 : 5-7.

    L’être humain n’est pas placé au même niveau que les autres êtres. Dieu lui a donné une dignité supérieure. Ces dotations spéciales d’être créé à l’image de Dieu ont pour but non d’abuser des autres êtres, mais de les protéger et de les épanouir :

    « Le Seigneur plaça l’être humain dans le jardin pour qu’il le cultive et le garde » Gn 2 : 15.

     Le soin de la création envisagée dans ce sens exige que l’être humain occupe pleinement sa place entre Dieu et les autres êtres en tant que gérant des trésors de la création. Cette gérance vise l’épanouissement de l’univers créé en tenant d’une part à tout ordonner à Dieu et d’autre part à respecter la dignité supérieure de l’être humain notre semblable. La conversion écologique commence par une conscience accrue de la dignité inaliénable et spécifique de la personne humaine.

    « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique » Jn 3 : 16

    La relation entre Dieu, l’être humain et la création est marquée par le don. C’est ce don d’amour initié par Dieu qui rend possible la création et qui la maintient. Tant l’œuvre de la création que celle de la rédemption découlent de cet amour d’oblation (cadeau). Les offrandes religieuses dont les sacrifices d’animaux et végétaux exprimaient symboliquement cette attitude d’offrande, de dédicace, de consécration, de reconnaissance, d’abandon de tout à Dieu qui porte tout. Mais Dieu n’a pas besoin qu’on lui immole des créatures, c’est plutôt lui qui donne son Fils unique. Jean Paul II affirme : « Il ne vient rien nous prendre, il vient tout nous donner ».

    En Jésus il nous a donné tout son Amour : « en lui nous avons reçu grâce après grâce ». Jn 1 : 16. Le don d’amour de Jésus qui a aimé jusqu’au bout jusqu’à vaincre le mal et la mort rend les autres sacrifices rétrogrades et inutiles. Notre part ce n’est plus d’offrir des choses, mais d’accueillir ce que Dieu donne en offrant notre cœur, en ordonnant tout à lui, car tout vient de lui, tout retourne à lui et c’est lui qui fait tout pour nous.

    P. Armel O.

  • "Des mots pour le dire…" A LIRE !!!

    Vous êtes invités à lire le document ci-après émanant de la Maison diocésaine de l’enseignement, textes des élèves dont la retranscription a été coordonnée par l’abbé Jean-François Grégoire qui accompagne/ait les équipes pastorales de l’enseignement pour le secondaire.

    Ces propos ont été travaillés dans nos écoles de l'enseignement libre.

    Des mots pour le diredes-mots-pour-le-dire.pdf