Unité Pastorale "Grain de Sénevé"
Sacrements

Sacrement de réconciliation

 

"La réconciliation, sacrement qui "renouvelle" le baptême en restaurant, par l'accueil pardonnant du prêtre, l'unité de la communauté brisée par le péché. L'absolution, rite principal de ce sacrement, consiste en une imposition des mains - ou un signe de croix, la paume tournée vers le pénitent - et une parole - " Et moi, au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, je vous pardonne tous vos péchés". Le souffle du Ressuscité atteint personnellement le pénitent. Le soir de Pâques, en effet, Jésus avait soufflé sur les disciples en leur disant : "Recevez l'Esprit Saint ; ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis. Ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus" (Jn 20, 22-23).

Avouer son péché, c'est reconnaître que si le monde n'est pas tel que je le voudrais, j'y ai ma part de responsabilité. C'est aussi proclamer, en creux, ma grandeur : je suis un être libre. Personne ne m'ôtera la responsabilité de mes actes - ni ceux qui sont bons ni les autres -, même s'ils sont posés à I'intersection de nombreuses infuences et circonstances. Plaider coupable est donc un acte grand - je ne suis pas une touche de piano (Dostoïevski) - et d'espérance. Le but n'est pas d'avouer pour se mettre en règle, mais pour se remettre en route, pour réordonner sa vie, la réorienter. Il s'agit de passer de "je n'aurais pas dû... " à "je suis appelé à... ".

Le chrétien est habité par la certitude que Dieu est plus grand que sa faute et que son pardon aura toujours le dernier mot.
Encore convient-il, selon la Tradition catholique, que cette expérience intérieure soit confirmée de l'extérieur. "Seul, tu ne sauras jamais vraiment si c'est la grâce de Dieu qui t'a touché ou ton émotion, si tu t'es pardonné toi-même ou si c'est Lui qui t'a pardonné" (Bruno Forte). Voilà pourquoi le pénitent va trouver le prêtre, pasteur de la communauté. Tout commence par l'écoute. Le pécheur était prisonnier de son colloque intérieur avec lui-même, remuant ses excuses et sa peur d'être coupable, et voilà quelqu'un qui l'écoute, sans le juger. Grâce à la parole échangée dans le cadre du sacrement, c'est finalement avec l'humanité qu'il renoue."

"Le Grand ABC de la Foi", Charles Delhez sj.

 

Le sacrement du pardon est le signe de la réconciliation avec Dieu et avec la communauté. Il relève le pécheur et le retourne en profondeur. Il est source de joie et de renouveau pour l’Eglise.

Aujourd’hui, deux formes de célébration du pardon sont généralement pratiquées: la réconciliation individuelle d’un pénitent qui peut être célébrée à tout moment, et la célébration communautaire de la réconciliation avec confessions et absolutions individuelles ; celles-ci ont lieu principalement au cours des temps forts de conversion et de pénitence que sont le Carême et l’Avent ou la préparation de l’une ou l’autre grande fête.

(LF, pp. 121, 123)

Informations pratiques

 

Le sacrement de réconciliation est célébré en Unité Pastorale pendant l’Avent et le Carême.

Pour vivre ce sacrement de manière plus individuelle, un prêtre est à votre disposition à l’église chaque jour avant la célébration de l’eucharistie.

 

Contacts:

Abbé Armel Otabela

Secrétariat Divin Sauveur - +32 (0)2 734 11 94 - paroisse.ds@skynet.be

Secrétariat Saint-Henri - +32 (0)2 734 47 63 - paroissesainthenri@gmail.com